On a trop souvent tendance à penser que seule une hypothèque peut couvrir un crédit immobilier, or il n’en est rien, car on n’y fait appelle que lorsque les autres solutions ont échouées.

A quoi sert l’hypothèque ?

Elle permet au créancier de saisir le logement lorsque l’emprunteur ne se trouve plus en mesure de rembourser son crédit immobilier, s’engage alors une longue procédure, si longue que le prêteur ne souhaite pas y avoir recours. Car effectivement, si l’hypothèque garantit le créancier qu’il pourra vendre le bien en question, rien ne l’assure qu’il retrouvera effectivement sa mise, de plus il devra supporter des frais de recouvrement qui resteront à sa charge, en plus du manque à gagner sur les intérêts qu’il ne percevra pas.

La garantie, une solution plus avantageuse

Les organismes financiers préfèrent qu’un credit immobilier soit couvert par une garantie émise par une société de caution, car en cas de défaut de paiement de l’emprunteur, celle-ci prendra en charge le paiement des mensualités sans que le créancier n’ait de démarche compliquée à effectuer, ni de frais à assumer. Lorsqu’une banque saisit un bien immobilier et le vend, elle ne se fait d’argent sur le dos du client, elle ne récupère que ce que l’emprunteur lui doit et lui verse le reste.

Conséquence sur le taux du crédit immobilier

Même si une banque ne peut pas refuser d’hypothèque, elle peut en revanche demander un taux plus élevé à l’emprunteur s’il n’a pas réussi à obtenir de caution. Ceci est d’autant plus gênant que l’hypothèque coûte plus cher qu’une simple garantie, et de plus implique des frais de main-levée lorsque l’on solde le crédit immobilier. Ainsi, revendre son habitation ou renégocier son prêt aura un certain coût.

Obtenir une garantie plutôt qu’une hypothèque

C’est en fait l’établissement financier prêteur qui va se charger de transmettre le dossier de son client à la société de caution avec laquelle il travaille. Effectivement, un banquier va d’abord chercher à obtenir une garantie et ne se tournera vers l’hypothèque qu'en cas d’échec.