Le métier de courtier existe déjà depuis quelques dizaines d’années, mais subit un regain d’intérêt de la part du public depuis que la crise économique a rendue difficile l’accès au crédit immobilier. La réaction est la même face à tout professionnel dont le travail est peu connu : la peur des coûts élevés.

Combien ça coûte ?

Pourtant, les frais de courtage d’un courtier en crédit immobilier permettent de toute façon à ses clients de rentrer dans leurs dépenses car ils lui évitent des frais de dossier, pour la simple raison que le courtier va lui-même se charger de constituer la demande de son client à la place du banquier. Le recours à un courtier devient encore plus intéressant du côté de Finance Immo, puisque l’on n’y facture pas de frais de courtages. Ainsi, non seulement le client économise les frais de dossier généralement réclamés par la banque, mais il ne compense pas par d’autres débours, faisant qu’il obtient automatiquement de meilleures conditions générales.

Un travail de négociateur

Par la suite, le courtier en crédit immobilier va orienter ses recherches vers les établissements prêteurs en fonction de la situation financière de son client : s’il ne présente pas de comptes bancaires sains, il faudra alors se diriger vers des sociétés de crédit, moins regardantes mais plus chères. Si au contraire son client possède une bonne santé financière, le courtier ira chercher un crédit immobilier auprès des banques en contactant ses partenaires afin de voir qui est prêt à faire le plus gros effort pour attirer cet emprunteur chez lui.

Un service vraiment gratuit ?

Si les courtiers de Finance Immo ne sont pas payés par leurs mandataires, qui les payent ? C’est l’établissement ayant accordé le prêt qui leur verse une commission d’1% du montant emprunté, assurant le client de trouver le crédit immobilier aux meilleures conditions possibles car la rémunération du courtier ne dépend pas du taux octroyé mais du fait que le client accepte ou non la proposition du prêteur.