Si le prix des véhicules neufs baisse d’année en année, le nombre de vol est par contre relativement stable, puisque l’on parle de plus de 200 000 automobiles dérobées tous les ans depuis une dizaine d’année. Les garanties vol intéressent donc le consommateur, qui s’estime rassuré en souscrivant une assurance moto incluant une clause de vol, jusqu’au jour où il se fait effectivement escamoter son véhicule, et au moment de demander une indemnisation : mauvaise surprise.

Les pièges de la garantie vol

Les compagnies d’assurance ne sont pas bêtes et cachent de nombreuses restrictions au sein de leurs contrats, que l’on oublie en général de vous signaler. Avant de vous décider pour tel ou tel contrat, lisez-le bien en profondeur, et cherchez à déterminer les restrictions suivantes.

Stockage du véhicule

Il est courant qu’une assurance voiture n’indemnise en cas de vol uniquement si l’auto était garée dans un local fermé à clef.
A ce stade, on est en droit de se demander quel est l’intérêt de souscrire une garantie contre le vol si l’on dispose d’un garage fermant à clef ?
Encore plus fort, il existe des formules avec lesquelles on indemnisera le propriétaire que s’il avait garé son véhicule dans un rayon de 100 mètres de chez lui.

La pose d’une alarme

Oui, il y a des alarmes de tout calibre et pour tous les prix, mais un assureur est par exemple libre d’imposer un type d’alarme précis pour toute assurance moto avec option vol. Vous avez tout intérêt à vous renseigner sur le coût des alarmes exigées, car cette dépense viendra s’ajouter à votre cotisation.

Les circonstances du vol

Une assurance voiture indemnise le vol avec effraction, certes, mais qu’en est-il du vol avec violence sur la personne ?
Si une garantie permet de conserver son véhicule dehors, que se passe-t-il si vous n’êtes pas en mesure de prouver qu’il y a eu effraction (parce que le véhicule a disparu par exemple) ?